Une victoire importante en faveur du développement durable dans les RUP – Communiqué de presse du 25 octobre 2017

Alors qu’elle votait le mardi 24 octobre sur la refonte de la directive sur les énergies renouvelables, la Commission de l’Environnement du Parlement européen a adopté tard dans la nuit une dérogation cruciale en faveur des RUP.

L’objectif de ce texte : poursuivre l’effort européen dans la mise en œuvre de l’Accord de paris sur le Climat, en renforçant notamment les critères de durabilité dans l’utilisation des sources d’énergies renouvelables dans le secteur des transports et de la production d’électricité.
En déclinant la loi française sur la transition énergétique de 2015, les RUP françaises se sont résolument engagées en faveur du développement durable en adoptant leurs programmations pluriannuelles de l’énergie. Toutes contiennent notamment des projets d’installations de production d’électricité sur base de la biomasse locale.
« La valorisation de nos propres ressources d’énergies renouvelables (la bagasse aux Antilles et à la Réunion, et le bois en Guyane) est un enjeu majeur du développement de nos régions, qui souffrent d’une importante dépendance aux hydrocarbures. Ces initiatives doivent nous permettre à la fois de consolider les filières canne et bois, émettre moins de CO2 dans l’atmosphère et gagner en indépendance énergétique », souligne Louis-Joseph Manscour, eurodéputé de la circonscription Atlantique.
« Aujourd’hui, l’application de stricts critères de durabilité aux biocombustibles, solides comme le proposait la Commission dans son projet initial, menaçait directement la viabilité des centrales utilisant la biomasse dans les RUP françaises », poursuit Louis-Joseph Manscour.
« Je me réjouis donc que la commission ENVI du Parlement ait pris en compte les spécificités de nos territoires, afin qu’ils puissent continuer à développer leurs capacités endogènes de production électrique », se félicite l’eurodéputé ultramarin.
« Le combat ne fait que commencer puisque le Parlement doit maintenant trouver un accord avec les États membres. Je serai attentif à ce que la dérogation obtenue aujourd’hui, subsiste à l’issue des négociations interinstitutionnelles », conclut l’eurodéputé socialiste martiniquais.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.